17/05/2013

Bélesta : 10 ans de vieillissement en amphores néolithiques

En 2003 l'association avait enfoui au fond d'une grotte des amphores réalisées par un potier de Rasiguères, amphores contenant du vin doux naturel ambré qui a pris le temps de se bonifier dans ces flacons originaux. Pour le vingtième anniversaire de la Dionysiade, ces petites amphores seront offertes aux partenaires qui depuis la création de l'opération ont toujours été présents et actifs. La journée sera aussi articulée autour d'un repas de terroir préparé par le chef Laurent Lemal du restaurant La Coopérative. Les accords mets vins ont été élaborés par les étudiants du centre de formation de Rivesaltes. Ces mêmes étudiants serviront et commenteront ces vins offerts par les vignerons.

11/05/2013

Calce : "Les Caves se rebiffent" et remettent le couvert

villages du roussilon, calce, les caves se rebiffent.L'édition 2013 se déroulera comme toujours au centre du village demain. PHOTO/© D.R

Samedi, les vignerons du village proposent une journée portes ouvertes avec dégustation de leurs vins. Une opération qui a séduit l'an passé un millier d'amateurs.Ils ont moins de 40 ans, installés sur la commune depuis une dizaine d'années et sont producteurs de vin. Ils sont aussi des amis, ne se voyant jamais comme concurrents mais comme collègues amoureux du même métier et partageant la même conception de la conduite de la vigne et du vin dans le respect de la terre et du produit notamment en travaillant en bio. "En 2007, explique l'un d'eux, nous avons décidé de créer une association et de faire une opération originale que nous avons appelée 'Les Caves se rebiffent'. Le succès n'a jamais été démenti, d'année en année le public vient de plus en plus nombreux au village à la rencontre des producteurs".

"La plus grande convivialité"

L'édition 2013 se déroulera comme toujours au centre du village samedi 11 mai."En général, les producteurs indépendants comme nous n'ont pas de caveau de dégustation ouvert aux horaires de bureau, confie un des vignerons impliqués dans la journée portes ouvertes, et les particuliers hésitent souvent à prendre rendez-vous pour une dégustation. Les journées comme celles de samedi permettent les rencontres, les partages et les dégustations dans la plus grande convivialité".

"Les faire découvrir et les faire aimer"

Et si l'ensemble des vignerons sont sur le même terroir, celui-ci est si riche que toutes les productions sont différentes et toujours étonnantes aussi. La fourchette des prix est large elle aussi, les premières bouteilles affichent 5 euros, les plus prestigieuses 70 euros. "Attention, prévient encore un organisateur, nous ne sommes pas là pour vendre le jour même des cartons de vin, l'idée est surtout de les faire découvrir et les faire aimer. Avec un verre que vous achetez à 8 euros, vous pouvez aller à la découverte de tous les produits du territoire de Calce, mais aussi comme l'an passé de terroirs bien plus lointains". En effet les vignerons invitent depuis 2012 des amis producteurs d'Alsace, d'Anjou et d'ailleurs qui viennent eux aussi avec leurs flacons. La découverte va vous faire voyager.

08/05/2013

Bélesta : Bernard Romain expose à La licorne Orientale

villagesduroussillon, bernard romain, exposition, licorne orientaleBernard Romain et ses œuvres. PHOTO/© D.R

Après avoir présenté avec la Confrérie du grenat de Perpignan et Laurent Fonquernie (président de l'Institut du grenat) sa dernière œuvre "Sant Jordi i el Drac" (lire nos précédentes éditions), Bernard Romain expose à La Licorne Orientale un ensemble exceptionnel de peintures, sculptures et terre cuite. Artiste complet de renommée internationale, il est surtout connu pour sa statue monumentale de l'Europe "Unity in Peace" inaugurée au cœur du quartier européen, centre Erasmus, par la Commission Européenne à Bruxelles. Ses œuvres sont imprégnées de la nature et d'un développement plastique de perceptions spirituelles, symboliques, sensuelles et humaines faisant partie d'un tout cosmique. Elles sont visibles jusqu'au 19 mai (vernissage cocktail le 11 mai) à La Licorne Orientale, 7, rue du Château à Bélesta.

30/04/2013

Bélesta : Aux journées de la céramique

Le vendredi 3 mai, ce sera la mise en place des diverses expérimentations contemporaines ou archéologiques ouvertes à tous. Chacun pouvant réaliser à titre personnel ou en groupe une intervention de son choix autour de l'art céramique. Début de la construction du Katagama (four papier de l'association). Réception des pièces à cuire jusqu'à 12 h. L'après-midi, suite de la construction individuelle et collective des fours, précédant une conférence à la salle polyvalente dès 18 h sur "Le four médiéval B - sa vie, sa mort, sa fouille…". Samedi 4 mai, toute la journée, démarrage des cuissons individuelles à partir de 10 h. La soirée se poursuivant autour des fours, apéritif enflammé à 19 h. Dimanche 5 mai, de 10 h à 13 h, défournements successifs commentés et partage des expériences de cuissons. A partir de 15 h, démontage des fours. Durant ces trois jours, profitez-en pour vous rendre à Bélesta. Accueil sur l'espace archéologique, visites guidées du site, présentation des fours et des expérimentations, ventes des poteries de l'association. Le midi, repas tiré du sac. Pour dormir, la mairie de Bélesta vous propose un camping (2 euros la nuit par personne) et des emplacements pour les camping-cars et les fourgons (5 euros la nuit par emplacement). Pour tous renseignements complémentaires, contacter Perrine au 06 50 32 15 14 ou ajceramique@laposte.net.

Rodès : L'atelier rodésien de peinture ouvert ce week-end

Dans le cadre des journées Ballade en Terre d'Artistes, l'atelier sera ouvert au public, les samedi 4 de 14 h à 19 h et dimanche 5 mai de 10 à 19 h. Au cours de ces journées, les peintres exécuteront, au moins en partie, une toile devant le public. Les œuvres de l'année seront exposées dans les 2 salles de la Maison des Arts, place Major, à Rodes.

26/04/2013

Bélesta : Quelle fête pour le musée !

A l'occasion des trente ans d' une formidable découverte archéologique sur la commune et des vingt ans de la création du château-musée, le village a connu l' effervescence des grands jours.

villages du roussillon,bélesta,grotte,chateau-musée,protohistorique,jc marquet,tarek kuteni,jean guilaineLe musée est le fruit d'une extraordinaire découverte. En effet, en mars 1983, les habitants, recherchant de l'eau pour leurs troupeaux, découvraient dans une grotte, une sépulture collective datée de - 4 500 avant J.-C. Fouillée par Françoise Claustre (directeur de recherche au CNRS), le site a livré aussi les restes de l'habitat des divers occupants de la grotte durant plus de 6 000 ans. C'est ainsi que huit mètres de sédiments ont conservé des témoignages de leurs activités (reliefs de repas, foyers, tissage, élevage, etc.).

Un plongeon dans la préhistoire

Aussi à l'occasion des trente ans de cette découverte, le week-end dernier, et des vingt ans du château musée, le village s'est trouvé en pleine effervescence. Un peu partout, des passionnés, des sympathisants ou simple archéologues en herbe. L'objectif était clair, il s'agissait de se plonger dans l'esprit et le monde de l'époque. Au programme donc, des jeux découvertes et un déjeuner "protohistorique". Aux manettes, le président J.-C. Marquet et le directeur du musée, Tarek Kuteni, mais aussi et surtout les passionnés de toujours : les bénévoles et professionnels qui font prospérer le site. Pour débuter cette journée de fête et plonger encore une fois dans le quotidien d'un homme de la protohistoire, un déjeuner de l'époque était proposé le samedi à midi. Cuisine à la mode préhistorique et dégustation façon Cro-Magnon. Fourchettes et couteaux étaient à proscrire. Au menu, cailles cuites dans un trou en terre, des légumes chauffent dans une marmite en terre cuite accompagnés d'hydromel et de bière, à quelques mètres une femme explique les outils et la manière de vivre à cette époque. Plus loin, un petit groupe se dirige vers la grotte pour écouter le guide leur expliquer la découverte et ses conséquences : "Bienvenue à Bélesta. Ici le temps s'est arrêté. Nous sommes dans la grotte préhistorique de la commune, non loin du château musée, dans les magnifiques paysages entre Agly et Têt". La célébration de cet anniversaire s'est poursuivie, l'après-midi, autour du musée et dans tout le village avec des ateliers préhistoriques, pour vivre le quotidien de cette époque : taille de silex au travers du temps ; allumage du feu, sans allumettes ni briquet ; céramique : fabrication ; chasse au trésor : initiation à la chasse préhistorique ; parure préhistorique : réalisation de bijoux, de vêtements.

Une saga de plus de vingt ans.

La fabuleuse histoire de la saga du musée a débuté en 1993. Créé, à la suite de la découverte de la grotte, dans l'objectif de promouvoir et de sensibiliser tous les publics à l'histoire du site et à la préhistoire en général, mettant en scène de manière ludique et esthétique les découvertes archéologiques, installées dans l'ancien château médiéval du village qui a fait portes ouvertes et gratuites ce week-end pour découvrir sa nouvelle exposition de Jean Guilaine (ci-dessous à droite), archéologue de la protohistoire "Des pays de l'Aude à la Méditerranée". Il y avait du monde, beaucoup de monde, le lendemain, à l'occasion de la conférence "Archéologie de la Méditerranée néolithique" par l'archéologue reconnu internationalement, Jean Guilaine, pour ses travaux et ses publications, l'homme qui a donné ses lettres de noblesse à la période néolithique, cette mutation capitale dans l'histoire humaine.
villages du roussillon,bélesta,grotte,chateau-musée,protohistorique,jc marquet,tarek kuteni,jean guilaine

Calce : Plein cadre sur le tournage du "Silence d'un enfant" à Baixas et Calce

villages du roussillon, calce, silence d'un enfant, angel ramos, lindependant, C'est le début des vacances de Pâques pour les écoliers de Baixas, un mercredi pas comme les autres pour Joan, Jules et leurs copains qui passent trois jours sur le tournage d'un court-métrage dont ils sont les héros : "Le silence d'un enfant". Une belle expérience cinématographique pour ces gamins qui ont des étoiles plein les yeux et dont les rires résonnent dans le petit village de Calce.

Un projet cher au réalisateur Angel Ramos qui sur le tournage se dépense sans compter et dévoile le scénario. "C'est une histoire inventée, qui se passe il y a quelques années dans un village paisible. Un jeune garçon âgé d'à peine 10 ans, (Jules), disparaît tragiquement sans jamais être retrouvé. Cette disparition n'a jamais été élucidée, mais son âme erre dans le village bien que personne ne l'ait jamais vue. Pourtant, d'après les rumeurs, un tueur sévit et des phénomènes étranges se produisent. C'est Sacha (Joan) qui va découvrir ces drôles de phénomènes", explique Angel Ramos.

Clap de fin

Les scènes ont été tournées à Calce mais aussi à Baixas, dans leur classe, avec leur enseignant. Les gamins découvrent les métiers du cinéma et en véritables professionnels, ils répètent depuis le début d'après-midi une scène du film puis, Angel passe derrière la caméra et annonce : "Cette fois, c'est du sérieux". Marco, le premier assistant lance aux enfants : "Prise, silence, moteur, action !".

Au bout de la huitième prise, Angel s'écrie : "Coupez, cette fois c'est dans la boîte, c'est la bonne". Angel et son équipe ont bouclé la première partie du film. "C'est une expérience riche humainement. Les gamins, ce n'est pas si difficile que cela", sourit le réalisateur. Clap de fin sur la place du village qui s'est remplie de curieux. Les artistes en herbe repartent la tête pleine de souvenirs. Place aux vacances, avant de retourner sur les bancs de l'école.