14/05/2014

Les étudiants de Rennes aux journées de la Céramique

C’est une expérience inédite qui a été menée à partir de répliques de fours médiévaux et antiques.

villages du roussillon, bélesta, fouilles, dominique allios, archélogie ► Les fouilles entreprises vont dévoiler bien des secrets.

Dans le cadre des journées de la Céramique, les étudiants de l’université de Rennes 2 ont effectué une expérience inédite. Depuis vingt ans, l’Association des journées de la céramique a réalisé des répliques de fours médiévaux et antiques qui ont fonctionné et cuit de nombreuses poteries. Ces fours ont été mesurés, observés et analysés et ont permis de retrouver les techniques des potiers anciens lors de nombreuses cuissons menées devant un public de passionnés. La fouille de ces fours constitue une nouvelle étape de la recherche. « Il s’agit pour nous d’une phase cruciale de cette expérience que nous avons commencée il y a vingt ans, confie Dominique Allios maître de conférences en archéologie médiévale. En collaboration avec le Château Musée, grâce à l’accueil de la commune, nous avons l’occasion de réaliser cette expérience unique en Europe ».

■ Des fouilles

Il s’agit de faire fouiller un four qu’ils connaissent parfaitement par une équipe d’archéologues de Rennes 2 et de Pise en Italie, sous la direction de Laurence Cornet, docteur en archéologie médiévale. Cette équipe fouille et l’étudie exactement comme s’il s’agissait d’une structure ancienne sans l’avoir jamais vu fonctionner. Une fois leur étude terminée, ils confronteront leurs observations. Cela permettra à la fois de déterminer l’impact du four sur l’environnement, les vestiges et les traces qu’il laisse, mais aussi de savoir quelles sont les limites d’observation en archéologie.

■ Un outil pédagogique

Il s’agit également d’un formidable outil pédagogique. Les premiers résultats ont été présentés lors de colloques internationaux et ont permis d’apporter de nombreux éléments de références aux archéologues pour la connaissance des structures anciennes. Par exemple, l’équipe du laboratoire LAHM de Rennes fouille un four du VI siècle av. J.-C. en Italie du sud sous la direction de Mario Denti, structure quasiment identique à celle de Belesta et offre des éléments de comparaison extrêmement précis.

La première phase de cette expérience devant le nombreux public venu lors des journées de la Céramique s’est achevée lundi avec la participation de bénévoles. L’année prochaine, une seconde campagne sera réalisée lors des prochaines rencontres avec une présentation des résultats.

27/05/2011

Bélesta : Le retour des archéologues Bretons

millas, archéologues, université, rennes 2, four, dominique alliosLes mystères de l’archéologie passionnent les classes primaire.

Depuis lundi, une dizaine d’étudiants de l’université de Rennes 2, sous la direction de Dominique Allios maître de conférence en archéologie médiévale, poursuivent un programme d’archéologie expérimentale commencé depuis 1992.

« C’est la quatrième année que je viens. Cette expérience tout à fait inédite m’enrichit sur le plan scientifique et j’éprouve un immense plaisir de retrouver des personnes qui sont devenues mes amis dans ce cadre enchanteur », déclare Nominoë, étudiant en cinquième année d’archéologie. L’équipe universitaire fouille les répliques de fours de potiers réalisés par l’association des journées de la céramique de Bélesta. Après quinze ans de bons et loyaux services, ces fours sont minutieusement étudiés comme de réelles structures archéologiques, tous les paramètres sont soigneusement notés et contribuent à améliorer la compréhension des structures archéologiques.

« Cette expérience grandeur nature menée sur le long terme nous a permis de modifier considérablement nos méthodes de fouille et les premiers résultats  que nous avons présenté lors de plusieurs colloques internationaux ont suscité un grand intérêt de la part des scientifiques» poursuit Nominoë, «  par exemple ce travail nous aide à mieux comprendre des structures archéologiques similaires, comme les fours grecs que nous fouillons en Italie du Sud ».

Grâce à la collaboration étroite avec la mairie et le château-musée de Bélesta, les étudiants de Rennes ont présenté leurs résultats à un public de scolaire de Bélesta et de Perpignan, tous passionnés par les mystères de l’archéologie.