14/10/2014

Le Musée de Bélesta au Liban : d’une rive à l’autre

Le directeur du Musée est de retour du Liban. Là-bas, il a appris le métier aux jeunes francophones.

villages du roussillon, bélesta, musée, tyr, liban► Les jeunes ont appris le travail des archéologues.

L’Association pour les Recherches sous-marines en Roussillon (Aresmar) explore depuis plusieurs années les vestiges archéologiques du port antique de Tyr au sud du Liban. En 2006, Tarek Kuteni (directeur du Château-Musée de Bélesta et membre de l’Aresmar) avait suivi l’équipe pour participer à l’étude du mobilier archéologique exhumé des flots tyrrhéniens, en tant qu’historien spécialiste du Proche-Orient.

C’est pourquoi cette année, au cours du mois de septembre, lors du festival de la mer à Tyr, il est reparti aux côtés de Jean Sicre et de Clémentine Laratte pour représenter l’Aresmar et ses travaux auprès de la population du sud-Liban, notamment les scolaires de Tyr.

Archéologues en herbe

L’occasion était trop belle de partager l’expérience des ateliers pédagogiques de Bélesta avec les enfants du pays de l’invention de la céramique et de l’alphabet ! C’est ainsi que les jeunes des écoles francophones, associées à l’Institut français du sud-Liban, ont été ravis de modeler des petits vases en argile... D’après les modèles trouvés à Bélesta dans la grotte ! Ils ont aussi appris le travail des archéologues en recollant des fragments de cruches modernes, achetées chez l’un des derniers potiers du littoral du Liban-sud.

Familiarisés avec les vestiges archéologiques présents partout dans la ville et la mer (des colonnes de marbre jonchent les fonds marins proches du bord !), ils ont perçu une archéologie plus vivante, plus parlante.

Il faut préciser que cette action a été grandement facilitée par l’accueil chaleureux et l’aide logistique de la ville de Tyr, représentée par son maire Hasan Dbouk qui a souhaité suivre en personne le bon déroulement de cette manifestation.

Tout le monde s’est quitté en se promettant de renouveler l’opération dès que possible.villages du roussillon,bélesta,musée,tyr,liban

15/04/2011

Bélesta : le musée ouvre ses portes à la musique

 Deux concertistes de talent à découvrir.

Deux concertistes de talent à découvrir.

L'association Charles Rennie Mackintosh et le château musée proposent une journée de découverte autour d'un concert événementiel.

A 18 h François Ragot (violon) et Jean-Laurent Calvin (guitare) achèveront ici une tournée, qui a commencé à Londres. Ils présenteront le même programme avec une première française : l'adaptation du "Capillaire Minuet" composé au XVIIIe siècle par le comte de Kelly, qui étudia avec le maître Stamitz en Allemagne et dont le talent exceptionnel fut reconnu de manière internationale.

Un compositeur hors du commun

"Virtuose du violon, reconnu par ses contemporains sous le nom de "fiddler Tam" (troubadour Tom), le comte était aussi connu pour sa vie dissolue et son humour remarquable, soulignent les musiciens. Il composait partout où il passait et donnait des concerts juste pour divertir ses amis. Jusqu'à peu de temps, on ne connaissait que quelques-uns de ses morceaux, mais une collection de manuscrits vient d'être retrouvée dans la bibliothèque privée d'un vieux château et aujourd'hui il est reconnu comme le plus grand compositeur écossais du XVIIIe siècle".

La première partie comprendra aussi des oeuvres de Schubert, Pergolese, Bocjerini et Granados. Après l'entracte, suivra un esprit sud-américain avec de la musique de Vilabos, Machado et Piazzola.

Avant le concert, à 15 h 30, il sera possible de suivre une visite guidée du château musée et de l'exposition "Des vases pour l'éternité, les nécropoles de Mailhac et la protohistoire de l'Aude".